Plusieurs raisons peuvent te pousser à arrêter la pilule. Peut-être as-tu envie de fonder une famille ? Ou bien tu souhaites passer à un autre type de contraception ? Quoi qu’il en soit, sauter le pas d’arrêter la pilule contraceptive peut faire peur. Mais not to worry, il y a moyen de surmonter cette peur.

Tomber enceinte

PEUR NUMBER 1 : perdre le contrôle sur ton corps alors que tu n’es pas prête ou ne souhaites juste pas avoir d’enfant.

Tu as raison de te préoccuper de la fiabilité de ta contraception. Avant d’arrêter la pilule, il faudra avoir déjà choisi ton nouveau moyen de contraception et l’utiliser !

Que tu partes sur un autre contraceptif hormonal, une méthode barrière type préservatif, une contraception masculine (oui oui, n’oublie pas que les mecs peuvent aussi prendre leurs responsabilités dans la contraception !) ou une méthode de contraception naturelle (comme la symptothermie), préparer le terrain est important.

Et petit rappel en passant : la pilule n’est pas une méthode de contraception 100% fiable. En pratique, la symptothermie (quand elle est bien appliquée) a un meilleur indice de fiabilité.

Paie tes effets secondaires

PEUR NUMBER 2 : vivre ses règles en souffrance, avoir plein de boutons, la peau grasse, beaucoup de poils et une humeur massacrante

Quand tu prends la pilule (ou toute autre contraception hormonale), ton cycle naturel est chamboulé. Alors quand tu arrêtes la pilule, tu vas avoir un retour à la normale « comme avant ».

Si tu avais des règles abondantes, une peau plus grasse, des cycles « irréguliers », des sautes d’humeur à l’approche de tes règles, des petits picotements dans le bas du ventre au moment de l’ovulation, tu peux en effet petit à petit retrouver ces traits de caractère de ton cycle. Certaines voient aussi un impact sur leur pilosité et sur leur poids (en plus ou en moins).

MAIS :

  • Tu n’auras pas TOUS ces effets secondaires. Ils peuvent aussi s’estomper ou disparaître en quelques mois. Comme j’aime à le répéter, tu es unique, ton cycle est unique.
  • Ce n’est pas normal de souffrir. La pilule est comme un pansement qui cache une plaie, mais ne la soigne pas. Si tu as des symptômes vraiment trop désagréables qui t’empêchent de vivre ta vie comme tu l’aimerais, alors tu peux te tourner vers un professionnel (médecin, gynéco, sage-femme, mais aussi naturopathe par exemple !).
  • Tu peux atténuer ces effets (comme l’acné, les syndromes prémenstruels) grâce à une routine de vie plus saine : utiliser des produits de soin naturels, adapter ton alimentation, faire de l’exercice.
  • La pilule aussi a des effets secondaires. On n’en a pas toujours conscience quand ça fait longtemps qu’on la prend. Migraines, sautes d’humeur, dépression, absence de désir sexuel, sécheresse vaginale… ça te parle ?
  • Il peut aussi y avoir des conséquences sympas comme le retour de la libido. Ce n’est pas systématique, mais ça fait bien plaisir.

Se sentir seule

PEUR NUMBER 3 : arrêter la pilule et me jeter dans le vide toute seule ? Euh… non ?

Alors oui, se lancer est impressionnant. Le milieu médical, l’entourage, la société même, ne sont pas encore hyper informés, et peuvent projeter leurs insécurités sur toi.

La bonne nouvelle, c’est que c’est en train de changer ! De plus en plus de professionnels se forment et peuvent maintenant te soutenir, t’accompagner dans ton projet d’arrêter les hormones, et de passer à une autre contraception fiable tout en étant sereine.

Si tu souhaites passer à une contraception naturelle, tu peux te tourner vers une conseillère en symptothermie. Sinon, je ne suis pas une pro, mais je suis aussi là, si tu as des questions, des doutes ou des remarques (en commentaire en bas de la page ⬇️, en MP via le formulaire de contact ou sur insta 😉 ).

Oh et, si tu es en couple, c’est un projet que vous pouvez porter à deux. Ce qui nous mène au dernier point…

Porter la charge contraceptive

PEUR NUMBER 4 : après des années à mettre une alarme tous les jours pour prendre ce petit comprimé, renouveler l’ordonnance à temps, payer littéralement la facture, ça va encore être à moi de gérer la nouvelle contraception. Je dis stop.

Et tu as raison de dire STOP !! Bon, là je m’adresse aux personnes en couple, car c’est moins évident de partager la charge contraceptive quand on est célib. Enfin, je n’ai jamais fait le test après tout 😅

La contraception est une affaire de couple.

Je répète : 📢 la contraception est une affaire de couple. A priori, nous sommes 2 à faire l’amour, et à courir un risque de grossesse non désirée. Niveau responsabilité, c’est kif kif.

Alors, je sais que pour les mecs, c’est nouveau, qu’ils n’ont jamais eu à s’en préoccuper (à part pour les préservatifs en célibat ou début de relation, c’est vrai), que ça fait beaucoup pour eux. Raison de plus d’en parler avant d’arrêter la pilule.

Il peut y avoir un petit temps d’acclimatation, pour se rendre compte que « oui, c’est vrai tiens, pourquoi je me suis jamais inquiété du fait que je pourrais devenir père alors que je ne suis pas prêt ? ».

Au fil du temps, VOTRE nouvelle contraception pourra être l’occasion géniale d’échanger sur ce sujet généralement oublié dans le couple, et aussi de vous rapprocher et de vivre cette expérience à deux.

Enfin, n’oublie pas que c’est TON corps et TON choix. La décision d’arrêter la pilule ou non te revient entièrement. Tu verras, l’arrêt des hormones est un chamboulement, mais aussi un retour à soi qui te permettra aussi d’être plus à l’écoute de ton corps ❤️.

Tu as des questions ? Des remarques ? Viens en commentaires en bas de page me partager tout ça (ou en MP si tu te sens plus à l’aise of course).

Si tu as aimé l'article, tu es libre de le partager ! :)

6 commentaires

  1. Il m’a fallu du temps mais je serais maintenant incapable de retourner en arrière ! Je connais beaucoup mieux mon cycle, écoute bien mieux mon corps depuis 2 ans et vit cette période avec beaucoup moins de fluctuations d humeur que sous hormones, donc un article très juste ! 😊

  2. Juste quand je pensais à l’arrêter, je tombe sur ton article! Je me retrouve dans pas mal de choses ici, ce ne sont pas forcément des peurs, mais des inquiétudes il est certain. L’idée de ne plus savoir quand mes régles vont tomber m’angoisse un peu, mais de l’autre côté, je n’en peux plus des effets de la pilule, zéro libido j’en ai marre! Je pars en voyage pendant un mois et à mon retour je pense que je vais me lancer quand même! merci pour ton article 🙂

    1. Bravo pour ta décision de te lancer !! 😀 Tes inquiétudes sont totalement compréhensibles. J’étais aussi préoccupée par le fait de ne plus « contrôler » l’arrivée de mes règles. J’ai appris au fil des cycles à reconnaître le moment où elles approchent, puis j’ai même découvert que la prise de température me permettait de savoir précisément leur jour d’arrivée ! On a souvent peur de perdre le contrôle en arrêtant la pilule, et c’est finalement le contraire. Tu verras, une fois que tu auras sauté le pas, c’est une vraie rencontre avec toi-même, tu ne retourneras plus en arrière 🙂

  3. j’ai fait le choix d’arreter ma pilule et de renouer avec les ressentis de mon corps. je suis dorénavant beaucoup plus apaisée, je sais à quel stade j’en suis car mon corps émet des signaux que je n’avais plus entendu depuis longtemps, et j’ai aussi retrouvé une libido qui était beaucoup moins présente avec ma pilule ! avec une hygiène de vie bien plus adaptée que celle que j’avais avant, je ne ressens pas les effets négatifs que j’avais auparavant (perte de sang tellement importantes que j’avais des vertiges, maux de ventre, acné…)

    1. Merci pour ton commentaire Caroline ! Encore un témoignage qui fait plaisir à lire <3 En effet, se reconnecter à son corps permet aussi de se rendre compte à quel point l'hygiène de vie nous impacte. Alimentation, fatigue, stress... tout ça joue sur notre cycle et notre façon de le vivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.