Si tu me lis depuis quelques temps, tu sais à quel point la contraception naturelle est importante pour moi. Il y a maintenant quelques mois, je me suis lancé un grand défi : celui de choisir et comprendre ma contraception post partum AVANT mon accouchement. Les deux principales méthodes naturelles de contraception post natale (la méthode MAMA et la méthode symptothermique) sont basées sur le type d’allaitement choisi. Eh oui, car tu as (TOUJOURS) le choix ! Soit de ne pas allaiter, soit l’allaitement « complet » exclusif, soit l’allaitement partiel.

Alors tu vas me dire :

« Mais quelle est la différence entre allaitement complet et allaitement partiel ? »

Ta question tombe à pic, c’est justement ce qu’on va voir ensemble dans cet article !

Pour écrire cet article, je me suis basée sur un document de la fondation Symptotherm (que tu peux gratuitement télécharger ici). Je vais le résumer dans cet article de façon à pouvoir le réutiliser moi-même comme mémo après avoir accouché. Autant dire qu’il faudra que ce soit digeste ! Je vais donc faire de mon mieux pour nous résumer (à toi et à la future moi) ce que j’en ai compris 🙂

Allaitement « complet » exclusif ou partiel ?

A la naissance de ton bébé, ton cycle d’allaitement commence. Tu vas pouvoir débuter un nouveau cyclogramme (c’est le support sur lequel tu notes toutes tes observations, cycle par cycle).

Là, en symptothermie, tu vas pouvoir choisir : est-ce que je pars sur un allaitement complet ou un allaitement partiel ? (On verra une autre fois l’option « je n’allaite pas »).

L’allaitement « complet » ou exclusif

L’allaitement complet, c’est la même chose que l’allaitement exclusif défini par la Leche League. Il suit des conditions précises et strictes :

  • Bébé est nourri exclusivement au sein (pas de tétine, biberon ou autre type d’alimentation)
  • Fréquence des tétées : minimum 6 tétées toutes les 24h
  • Durée des tétées : minimum 1,5h par jour
  • Intervalles des tétées : maximum 6h entre deux tétées (sauf exceptionnellement)
conditions de l'allaitement complet exclusif

Ah oui, je te l’avais dit, c’est carré. Surtout en contraception, ce sont des critères à remplir absolument si tu choisis le mode « allaitement complet ». Dac ?

Donc, si l’un des critères change (genre, ton bébé commence à faire des nuits plus longues), tu passes en allaitement partiel DIRECT.

En symptothermie, on considère que l’allaitement complet dure maximum 84 jours, donc environ 3 mois (contrairement à la méthode MAMA qui indique que cette contraception est fiable jusqu’à 6 mois). Même si tu continues de remplir les conditions.

L’allaitement partiel

Tu peux choisir dès la naissance d’allaiter par ci par là, sans te soucier des conditions de l’allaitement complet. Ou bien, tu peux tenter l’allaitement complet et finalement te dire, « allez je bascule en partiel ».

Si ce n’est ni l’un, ni l’autre, on considère en symptothermie que tu passes automatiquement en mode « allaitement partiel » à partir du 84ème jour de ton cycle. C’est une précaution supplémentaire pour l’objectif de contraception.

En résumé

Pour récapituler, il existe en symptothermie 2 modes d’allaitement.

  • On parle d’allaitement « complet » ou exclusif s’il remplit bien TOUTES les conditions (alimentation au sein uniquement et à la demande de bébé, fréquence, durée et intervalles précis des tétées).
  • Dès lors que l’une de ces conditions n’est plus remplie (bébé prend le biberon ou la tétine, il dort sur de plus longues phases…), tu passes en mode « allaitement partiel ». Cela veut dire que la fiabilité de ta contraception n’est plus la même, et que tu seras davantage vigilant.e à tes signaux de fertilité.
  • Dernière chose : en symptothermie, quoi qu’il en soit, tu passes en mode « allaitement partiel » dès le 84ème jour après ton accouchement, par mesure de précaution.

Maintenant que tu connais la différence entre allaitement exclusif et partiel, il t’appartient de choisir ce que tu préfèreras !

Ma réflexion perso par rapport à mon défi

Perso, après m’être renseignée ces dernières semaines, j’aimerais bien tenter l’allaitement exclusif. Après, je verrai comment ça se passe avec baby, comment on le sent tous les deux.

Je sais qu’en cas de difficultés, j’ai des personnes ressources vers qui me tourner (la PMI, une conseillère en lactation dans ma région, les bénévoles de la Leche League, ma sage-femme, mes amies et cousines qui sont passées par là). C’est un conseil que j’ai d’ailleurs beaucoup lu : si tu souhaites allaiter, et que les premiers jours ou semaines sont difficiles, sache que tu peux t’entourer. La plupart du temps, il y a une solution, que ce soit une astuce, une position à ajuster, des bouts de sein ou une crème pour apaiser…

Tu n’es pas seule. (Ça, je l’écris aussi pour la moi du futur potentiellement en galère).

Dans un prochain article de mon défi, on verra comment appliquer la contraception symptothermique selon l’un ou l’autre type d’allaitement.

Que penses-tu de ces deux types d’allaitement ? Si tu es une future maman, est-ce que tu t’es déjà posé la question de comment tu souhaiterais allaiter ? Est-ce que tu as des personnes ressources en cas de questions sur ton allaitement ?

Si tu as aimé l'article, tu es libre de le partager ! :)

4 commentaires

  1. J’apprends de plus en plus de choses sur ce sujet car j’ai fait avec ce que je savais, mais lorsque mes enfants seront en passe de devenir parents je n’ai pas envie de leur transmettre uniquement mon expérience. Pouvoir leur apporter plus, donc c’est top ce que l’on trouve ici

    1. Merci pour ton commentaire, Marie ! Même s’il y a souvent des avancées dans les connaissances entre chaque génération, je trouve aussi la transmission du savoir parent-enfant précieuse 🙂

  2. Merci pour cet article qui introduit très bien le sujet autour de l’allaitement dans sa dimension partiellement contraceptive, comme la suite de l’article le décrira j’en suis sûre ! Car effectivement, il faut faire la différence entre allaitement total et partiel. 😉
    Et merci aussi de suggérer à toutes les futures mamans de se renseigner sur le sujet de l’allaitement dès la grossesse. Car même si c’est naturel, allaiter ce n’est pas inné, et de nos jours il y a un tel dogme du lait artificiel qui s’est installé depuis les années 60 (je peux en parler dans ma famille par ex) qu’il y a 2 générations de femmes qui pour beaucoup n’ont pas allaité… et ne savent plus ce que c’est (et qui ont perdu de vue les multiples bienfaits aussi, d’ailleurs). Même chez les professionnels de santé, le biberon est souvent promu. Peut-être parce qu’il est plus rassurant de pouvoir contrôler la quantité de lait qu’un bébé boit pour s’assurer de sa croissance, et que ça, il n’y a qu’un biberon qui peut le faire ?
    En tous cas, oui, il y a des conseillères en lactation, des sages-femmes qui savent encore, la leche league : des bonnes adresses pour être accompagnée dans cette période de vie si particulière et si extraordinaire que sont les premiers mois avec un bébé, le peau à peau et l’allaitement. Une petite révolution dans la vie des femmes qui ont avant leur grossesse souvent beaucoup travaillé leur intellect (études supérieures, métier à responsabilité…) et qui re-contactent leur corps et leur dimension « animale » dans le sens sacré du terme : la femme porteuse de vie, nourricière et garante de la protection de l’enfant qui a grandi en son sein !
    J’ai eu la chance d’allaiter mon fils jusqu’à ses 2 ans et demie : une des expériences les plus extraordinaires de ma vie !

    1. Quel beau commentaire, merci pour ton témoignage Valérie ! Je partage ton avis : maintenant que mon bébé est là, je comprends les retours des mamans que j’avais reçus sur la beauté et la difficulté de l’allaitement. Ce n’est pas évident, mais quand on y arrive, quelle fierté et surtout, quel sentiment de connexion avec son bébé ! Je suis encore en train de prendre mes marques avec mon bébé, et je suis vraiment contente d’avoir préparé en amont mon cercle de personnes ressources (conseillères en lactation, leche league, famille) pour m’aider sur la mise en place et me soutenir moralement ! <3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.