Pour bien prendre ta température en symptothermie, il te suffit de suivre quelques indications. Observer et noter ta température corporelle tous les matins (pendant ton apprentissage en tout cas) est essentiel pour identifier les différents moments de ton cycle. Ça te permet aussi de gérer au mieux ta fertilité, que tu souhaites éviter ou favoriser une grossesse. Pour ça, il faudra un certain degré (c’est le cas de le dire) de précision.

Dans cet article, je te livre 5 astuces faciles qui te permettront de te lancer correctement dans tes prises de températures !

1. Choisir un mode de prise de température interne

Tout d’abord, comment prendre sa température concrètement ?

Pour assurer la meilleure précision, on préconise une prise de température interne, d’où les 3 options : buccale, vaginale ou rectale. Une prise de température juste par le toucher, sous le bras par exemple, ne sera pas exploitable en symptothermie.

Prise de température orale

Certaines personnes se sentent plus à l’aise de commencer par une prise de température orale ou buccale, c’est-à-dire en insérant le thermomètre dans la bouche. C’est une possibilité, même si elle est un peu délicate (par exemple, si tu dors la bouche ouverte, ça peut fausser ta température ! Pas cool).

Quelques conseils pour bien prendre ta température en mode buccal :

  • placer le thermomètre sous la langue, toujours du même côté, sans mouvement, bouche fermée
  • attendre 30 secondes avant de l’allumer pour qu’il ait eu le temps de capter la bonne température
  • garder le thermomètre dans la bouche 2-3 minutes après le bip

MON P’TIT TIPS EN + 💡
Note tes températures tous les jours, et vois la courbe de températures qui commence à se dessiner sur ton cyclogramme. Si les écarts sont trop importants alors qu’il n’y a pas de circonstances spéciales (insomnie, stress, maladie ou autre), ça veut peut-être dire que la prise buccale n’est pas adaptée pour toi.

Prise de température vaginale ou rectale

La fiabilité est la meilleure pour ce type de prise. Et pas de question à se poser sur la façon d’insérer le thermomètre ! Perso, j’ai tout de suite opté pour la prise vaginale et ma courbe s’est dessinée toute seule au bout d’une dizaine de jours post pilule, je n’ai jamais eu à changer.

2. Utiliser un thermomètre basal

Il te faudra un thermomètre :

  • basal = qui a une précision de 2 chiffres après la virgule
  • pour prise interne = buccale, vaginale ou rectale
  • avec mémoire de température = il mémorise la dernière température. Plutôt pratique si tu veux pouvoir te rendormir et la noter plus tard, genre les jours de grasse mat’. Et aussi parce que tous les thermomètres n’ont pas d’éclairage, ce qui t’obligerait à allumer la lumière et à noter immédiatement ta température au réveil. Hmm, on s’en passerait aussi.
thermomètre basal pharmacie

Si tu te rends en pharmacie en France à la recherche d’un thermomètre basale, il est fort probable qu’on ne sache pas de quoi tu parles. Mais tu peux toujours essayer, ce serait vraiment chouette de pouvoir en trouver en bas de chez soi !

En tout cas, pour l’heure, le plus simple sera de le commander en ligne.

Le go-to en symptothermie, c’est le Cyclotest Lady. Il coûte moins de 20€, il fonctionne avec une pile, et perso, je n’ai pas eu à la changer en 2 ans.

3. Noter l’heure de prise de température

Tu n’as pas besoin de prendre ta température tous les jours à la même heure ni à la minute près. Non non non, ça nous rappelle trop les mauvais souvenirs de la pilule.

Le plus important, c’est de prendre ta température au réveil, avant même de poser le pied par terre pour te lever. Toute mise en route de ton corps ferait grimper ta température, et ça fausserait ta courbe.

Pour autant, si tu peux avoir max 1h-1h30 d’écart d’un jour sur l’autre (surtout si tu es en pleine montée de températures), c’est mieux.

Pour pouvoir faire tes interprétations au mieux, pense donc bien à noter l’heure de prise de température chaque jour dans ton cyclogramme.

4. UN choix pour UN cycle

Le même mode de prise de température pendant tout le cycle

Quand tu commences ton nouveau cycle (au 1er jour de tes règles), tu vas choisir ton mode de prise de température. Garde bien le même tout au long de ton cycle.

Pourquoi c’est si important que ça ?

D’une part, parce que le mode de prise va forcément influer sur ta température basale. Si tu as l’habitude de prendre ta température par la bouche et que tu passes en mode vaginal en cours de cycle, ta température de base ne sera pas la même. Tu ne pourras pas correctement interpréter ta montée de températures, et donc pas non plus valider ton ovulation ni ton entrée en phase infertile.

D’autre part, pour des raisons d’hygiène. Passer d’une prise rectale à vaginale par exemple peut causer des infections, des démangeaisons ou d’autres joies que tu préfèreras éviter.

Côté entretien, je nettoie mon thermomètre chaque jour à l’eau et au savon, puis je le sèche avec un coton propre avant de le ranger dans son étui.

Le même thermomètre pendant tout le cycle

Pareil pour le thermomètre que tu utilises. A mon tout premier cycle en symptothermie, mes règles sont arrivées alors que j’attendais encore mon thermomètre basal. Ce n’est pas bien grave au début car, de toute façon, en mode contraception, tu vas te protéger lors de tous tes rapports sexuels par mesure de précaution.

Si tu changes de thermomètre en cours de cycle (ça peut aussi être un problème de pile), note le bien en remarques sur ton cyclogramme. Ça te permettra par la suite d’identifier une température potentiellement problématique, ou qui n’a pas de sens dans ton cycle.

5. Noter tes remarques

De la même façon que pour un changement de thermomètre, note tout ce qui pourrait avoir une influence sur ton cycle : une soirée arrosée, de la fièvre, du stress, une insomnie, … pour éventuellement « mettre entre parenthèses » la température problématique par la suite (et l’ignorer dans ton interprétation).

Non seulement ça te servira pour identifier ton passage d’une phase à l’autre de ton cycle, mais ça te permettra aussi de te rendre compte de l’impact de ces événements sur ton corps !

Tiens, je te donne un exemple perso. En 2020, quelques semaines après avoir commencé la symptothermie, j’ai eu droit à une magnifique surprise pleine d’émotions fortes pour mes 30 ans. Excitation, larmes de joie, fiesta, peu de sommeil, karaoké, abondance de bons petits plats, rebondissements, voyage…

Ma courbe de température était un véritable yoyo (entouré en violet sur mon cyclogramme ci-dessous) avant de se stabiliser (ligne verte) puis de grimper (étoiles violettes ⭐) :

Cyclogramme comment bien prendre sa température
Extrait de cyclogramme avec courbe de températures

Je ne t’ai pas mis mon cyclo en entier (il n’y a pas mes observations de glaire cervicale, ni mes rapports sexuels par exemple). Tu peux quand même voir mes heures de prise et le mode de prise tout en haut, ainsi que quelques remarques que je notais au jour le jour (tu as champ libre, tu vois je mets aussi mon humeur, mes ressentis physiques…).

Pour récapituler

Si tu suis bien ces 5 conseils, tu auras une courbe de températures fiable quel que soit ton objectif (connexion à ton cycle, contraception ou projet bébé) :

  1. Choisir un MODE DE PRISE DE TEMPERATURE INTERNE : oral, vaginal ou rectal (les 2 derniers modes étant les plus précis)
  2. Utiliser un THERMOMETRE BASAL avec si possible mémoire de température
  3. Noter ton HEURE DE PRISE DE TEMPERATURE chaque jour
  4. Garder le MÊME MODE DE PRISE de température et le MÊME THERMOMETRE pendant tout le cycle en cours (sinon : le noter en remarques !)
  5. Prendre en NOTES toutes tes remarques : circonstances inhabituelles, événements qui pourraient avoir un impact sur ton corps, mais aussi ressentis, humeur…

C’est clair pour toi ? Je l’espère 🙂 Si tu as une question pratique, ou une remarque, une opinion… exprime-toi en commentaires tout en bas de la page ⬇️, je serais ravie d’échanger avec toi !

Si tu as aimé l'article, tu es libre de le partager ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.